faites un don

  • Home
  • Actualité
  • Comment les prophéties ont conduit le nouveau Président du Salvador à se porter candidat
Comment les prophéties ont conduit le nouveau Président du Salvador à se porter candidat
25/07
2019

Nayib Bukele a été élu président du Salvador en février dernier. À l'âge de 37 ans, il est le plus jeune président élu au Salvador et le plus jeune président d'Amérique centrale. Il avait peu d'expérience politique avant cette élection, n'ayant été maire que brièvement. C'est un homme d'affaires prospère qui ne souhaitait absolument pas se présenter à la présidence.

Hier au Salvador, le Président Bukele a pris la parole devant une conférence de pasteurs, hommes et femmes d'affaires et de dirigeants locaux.

Au cours de cette conférence, M. Bukele a rendu un témoignage personnel sur ses sentiments vis-à-vis du gouvernement. Il a raconté l'histoire de son héritage palestinien et de sa raison d'être dans le christianisme. À 29 ans, il était un homme d’affaires prospère, gagnant plus d’argent qu’il n’avait jamais rêvé. Il n'avait aucune envie d'être un politicien. Il a servi de maire pour redonner à sa communauté comme le font beaucoup de personnes qui se sacrifient. Servir dans les conseils municipaux, les commissions scolaires et les groupes de travail municipaux est souvent un travail ingrat.

L'année dernière, M. Bukele a été approché par un groupe de pasteurs qui lui ont dit qu'ils avaient reçu un message spirituel lui disant qu'il devrait se présenter à la présidence. Sa réponse a été comme vous pouvez vous y attendre : "Pas du tout; vous plaisantez." Plus tard, un autre groupe l'a approché avec la même prophétie. Il a trouvé cela étrange, mais cette fois-ci en prit note. Alors que la date butoir pour prendre une décision concernant la candidature à la présidence était proche, il a été approché une troisième fois. Ces pasteurs étaient certains qu'ils avaient raison dans leur message. Ils lui ont demandé d'envisager une candidature dans la prière. Lorsqu'ils l'ont pressé pour obtenir une réponse, ils lui ont dit qu'ils accepteraient sa décision avec respect. Il leur a encore dit non.

Peu de temps après, un autre pasteur qu'il ne connaissait pas lui conseilla de ne pas "tomber à la quatrième place". Lorsqu'on lui a demandé de préciser ce qu'il voulait dire, le pasteur a répondu que l'appel de Dieu manquait à sa vie. Bukele a alors décidé de reconsidérer sa décision et a déposé sa candidature à la présidence.

Lors des premiers jours de la campagne, Bukele est tombé en désaccord avec son parti politique. Ils ont menacé de le renvoyer du parti, ce qui éliminerait sa position sur le bulletin de vote. Il a tenu bon et le parti l'a expulsé. Dans son témoignage lors de la conférence, il a dit qu'il avait demandé à Dieu: « Pourquoi as-tu permis que cela se produise si tu veux que je participe à cette élection ? » précisant que Dieu ne lui avait pas répondu.

 Comme à l'accoutumée dans ce scénario, un inconnu s'est présenté au siège de la campagne et a expliqué que Nayib Bukele pouvait toujours se présenter sur le bulletin de vote avec la signature de 50 000 citoyens sur une pétition. Il ne savait pas comment les obtenir. L'inconnu a dit: "Nous allons nous en occuper." Quarante-huit heures plus tard, 200 000 personnes avaient signé une pétition pour sa candidature.

Bukele a remporté les élections générales avec 53% des voix, dépassant tous les candidats du parti en même temps. Aucun individu n’a remporté la présidence de ce pays depuis 1972 sans l’aval des principaux partis. Le soir des élections, il était toujours surpris des résultats.

Depuis son élection, Bukele a mis en place plus de réformes que tous les présidents des 49 dernières années réunies. Bukele a conclu avec: "Il est important de mettre le gouvernement entre les mains de Dieu. Priez pour la sagesse et dirigez le gouvernement à la manière de Dieu."

Il bénéficie désormais d'un taux d'approbation de 80%.

Source : charismanews

Crédit photo :© Copyright 2019. Présidence de la République d'El Salvador.

 

 

commentaires


Pas encore de commentaires.